Skip to content

Quand le patron de Facebook devient locavore…

19 juin 2011

… Il n’y va pas de main morte ! C’est le moins que l’on puisse dire à la lecture de cet article de Fabien Roland Lévy et Hélène Vissière paru dans Le Point dans lequel on apprend que Mark Zuckerberg tue lui même les animaux qu’il dévore. Explications.

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, affirme : "La seule viande que je mange vient d'animaux que j'ai tués moi-même." © Sipa/Réa/Mattera / Photomontage Christophe Thognard

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, affirme : « La seule viande que je mange vient d’animaux que j’ai tués moi-même. » © Sipa/Réa/Mattera / Photomontage Christophe Thognard

« Je viens de tuer un cochon et une chèvre. »

Voilà ce que le patron de Facebook aurait affiché sur sa page fin mai 2011, provoquant la surprise de ses amis et de nombreux commentateurs avant de leur expliquer simplement sa démarche:

« Cette année, je suis pratiquement devenu végétarien, car la seule viande que je mange vient d’animaux que j’ai tués moi-même, raconte Zuckerberg. Jusqu’à présent, c’est une bonne expérience : je mange des aliments bien plus sains et j’ai beaucoup appris sur l’agriculture durable et l’élevage d’animaux. »

Cette démarche entre dans le défi que je donne le jeune homme chaque année (l’an dernier il a appris le chinois):

« Cette année, mon défi personnel, c’est d’être reconnaissant pour ce que je mange, a-t-il expliqué. Je crois que beaucoup de gens oublient qu’un être vivant doit mourir pour qu’on le mange, donc mon but est de ne pas me laisser l’oublier et d’être reconnaissant de ce que j’ai. »

Quand on sait à quel point la tendance locavore est répandue aux Etats-Unis, on comprend l’impact que peut avoir une telle décision pour promouvoir la prise de conscience de nombreux autres américains !

Nom d’un chevreuil !

Cette histoire me rappelle une anecdote qui m’est arrivée la semaine dernière. Alors que j’étais tranquillement installée sur ma terrasse, à la campagne, dans l’Entre-deux-Mers (non loin de Bordeaux), j’aperçois en plein après-midi et à dix mètres de mois un jeune et beau chevreuil. Il y en a beaucoup dans le coin (ils viennent manger l’écorce des arbres et arbustes du jardin !!) mais je n’en avais jamais d’aussi près et peu farouche en pleine journée !

Le temps que je me lève doucement pour essayer de le prendre en photo, il avait déjà filé…

La chose étant peu commune, je décide de la partager avec mes amis via twitter et Facebook :

Comme vous pouvez le voir, Stéphane Linou, adepte comme moi du locavorisme (cf. son site à ce sujet), m’a spontanément demandé, et non sans humour, comment je l’avais cuisiné ! Bon, déjà que je suis pas fichue de le shooter en photo… mais sa remarque fut juste en réalité: quand on est locavore, on mange beaucoup moins de viande. Mais celle que l’on mange, on fait en sorte qu’elle soit ultra-locale et de grande qualité. La solution est donc, pour certains, d’adopter la technique du chasseur-cueilleur et de manger de la viande issue de la chasse d’espèces envahissantes.

C’est ce que le Dr. Laurent Chevallier (que j’avais interviewé pour le Guide du Locavore au sujet des additifs alimentaires) a expliqué au Point d’ailleurs :

Mark Zuckerberg semble adopter spontanément l’attitude du chasseur-cueilleur de la préhistoire, à l’époque où l’homme vivait encore en équilibre avec la nature. Il se met également au défi d’être reconnaissant pour ce qu’il mange, selon la tradition du puritanisme américain. Cela dit, je déconseille de tuer soi-même les animaux, mais je défends le chasseur-cueilleur raisonnable : pour se nourrir sainement, c’est physiologiquement la seule voie possible.

Chasseur-cueilleur au XXIe siècle !

Le chasseur-cueilleur du XXIe siècle est celui qui arrive à se déconditionner de l’alimentation industrielle – pleine de produits chimiques -, qui ne correspond pas à la physiologie de l’homme moderne. Le chasseur-cueilleur contemporain va privilégier une alimentation la plus brute possible. On ne peut pas aller tout chercher soi-même dans la nature, bien sûr, mais cueillir des mûres, par exemple, c’est déjà très bien. Je préconise des aliments préhistoriques par excellence : les oeufs bio, le miel, la poire, les carottes. Ces aliments n’ont jamais changé depuis les premiers hommes. Aussi les poissons et les viandes maigres comme le lapin. Le gibier autrefois contenait très peu de gras. Le chasseur-cueilleur peut prendre des produits laitiers comme les yaourts nature ou le fromage blanc. En revanche, il ne mange pas beaucoup de pain.

Moi je sens que je suis meilleure pour la cueillette et faudra que je fasse équipe… :)

Une nouvelle espèce: les envahivores

Pour les journalistes, ces nouveaux chasseurs-cueilleurs seraient des « envahivores », à savoir : « un superlocavore qui se nourrit de bestioles nuisibles ou exotiques« . Leurs motivations ? « Envie d’apprendre à chasser », « lutter contre la surpopulation », « arrêter de vivre sa vie par procuration » et « respecter la nature ».

Ce qui suppose d’apprendre à chasser, mais aussi à dépecer en suivant l’anatomie des animaux. Un art dans lequel s’est lancé Jackson Landers, un Américain de 32 ans qui apprend à d’autres comment chasser le Daim (une espèce invasive aux Etats-Unis). Le Point raconte sa démarche :

Le succès est tel que, même à 350 dollars le week-end, Landers refuse du monde. Après avoir quitté son job d’assureur, il a écrit un livre sur l’art de la chasse au daim et planche sur un autre, Eating Aliens (« Viandes exotiques »), parce qu’il a pris goût aux espèces invasives. Il les a toutes essayées : iguane, écureuil, cochon sauvage, oie du Canada, tatou… En ce moment, il cherche une technique pour tuer les étourneaux. N’a-t-il jamais calé devant une bidoche trop indigeste ? « Non, répond-il. Toute viande est bonne à condition de savoir la découper et l’accommoder. »

Dans ma région, si je comprends bien, il faudrait que je mange du sanglier donc… :)

Et vous alors, seriez vous prêt à entrer dans une telle démarche ?

++ Lire le très bon article du Point 

Publicités
One Comment leave one →
  1. Agnès permalink
    28 juin 2011 4:59

    C’est bien parce que je suis totalement incapable de tuer le moindre animal (petit ou gros) de mes propres mains que j’ai pris la décision de ne plus en manger aucun.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :