Skip to content

Reprenons notre alimentation en main !

25 mars 2011

Tel est le mot d’ordre donné par la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, qui présente à travers un mini site événementiel en ligne jusqu’au 5 avril son programme en faveur d’une alimentation responsable dont les objectifs sont de lancer un appel pour :

  • Une nouvelle Politique Agricole Commune dès 2014
  • Une alimentation saine pour tous
  • Un soutien aux acteurs du changement sur le terrain

Sur ce mini site, la Fondation rappelle les grandes échéances et son action en faveur de la réforme de la PAC, recenses les principaux outils d’aide à l’action citoyenne et présente ses modalités de soutien aux acteurs de terrain.

Une nouvelle Politique Agricole Commune dès 2014

La Fondation et le groupe PAC 2013 dont elle fait partie souhaitent faire en sorte que la future réforme de la Politique Agricole Commune soutienne et favorise les modes de production respectueux de la nature et des hommes. Car nous le savons : la PAC influence considérablement les systèmes de production en France, en Europe et dans le monde ! Nous connaissons aujourd’hui certains de ses impacts sur l’environnement (eau, biodiversité, sol) qu’il faut changer. Il est donc urgent de la rénover. En nous appuyant sur l’expertise de nombreux agriculteurs, ingénieurs ou économistes, nous travaillons à la diffusion d’un livret pédagogique sur la PAC, tout en publiant des propositions novatrices et réalistes que nous portons auprès des politiques et décideurs français et européens.

C’est cette année que tout se joue : en juin 2011, la Commission européenne publiera son projet de loi de réforme de la PAC, après avoir consulté au 1er semestre les acteurs clés dont nous faisons partie. C’est également cette année que sera défini le cadre du budget européen pour 2014-2020.

Une alimentation saine pour tous

La Fondation développe de nombreux outils pédagogiques pour que chacun puisse prendre conscience qu’il est primordial d’adopter des modes de consommation préservant la santé des hommes et de la planète. Parmi les outils, on peut citer : le guide repère pour faire ses courses, le poster des fruits et légumes de saison et les fiches bonnes pratiques conso parmi lesquelles la restauration collective pour que chacun puisse mettre en place dans son entreprise ou l’école de son enfant ce type d’alternative. La Fondation est particulièrement attentive à la restauration collective car cela représente chaque jour 8 millions d’enfants ou d’adultes ! C’est pourquoi elle ira à la rencontres des professionnels cette année en participant aux « Régionales de la restauration collective ».

Un soutien aux acteurs du changement sur le terrain

En France et à l’international, la Fondation  soutient moralement et/ou financièrement les actions visant à mobiliser autour de la construction d’une société écologiquement viable et solidaire sur les thèmes du climat, de la biodiversité ou de l’alimentation.

En 2010 sur l’agriculture et l’alimentation,  la Fondation a soutenu 16 projets pour 30 000 euros.

122 000 euros sont nécessaires pour réaliser toutes ces actions prévues en 2011, contribuer au programme en faisant un don en ligne.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 25 mars 2011 12:11

    sur mon blog je propose une alimentation journalière pour entretenir son corps en bonne forme !

  2. 26 mars 2011 9:13

    Les documents téléchargeables du mini-site : guide des courses, calendrier fruits et légumes, guide conso sont vraiment explicites. J’ai remarqué que les bananes et les ananas ne font pas partie de la liste du calendrier, ce qui est bien dans l’optique de consommer local, n’est ce pas ? Alors qu’on en trouve dans certains rayons de certains magasins coopératifs éco-biologiques…
    J’ai aussi beaucoup apprécié la bonne pratique pour la création d’une AMAP.
    Une AMAP, ce n’est pas la même chose que certains groupes paysans/consommateurs développés souvent par des distributeurs, donc sans contact avec le producteur, et pour des produits venant parfois de loin (à l’échelle d’une région voire du pays entier !).
    Il est d’autant plus difficile pour un paysan producteur de se lancer en AMAP, avec des prix justes, quand il y a en face des maraîchers, installés de longue date, sous label AB ou non, qui se osent vendre, à prix cassés, des paniers avec les légumes qu’ils n’ont pas pu vendre en filière conventionnel (marchés, grande distribution).
    L’AMAP à laquelle j’adhère depuis sa création, voici un an, peine terriblement à garder ses adhérents attirés par ces paniers à demi-tarif… Et c’est pas un manque de qualité qui les fait fuir, c’est bien le prix ! La crise s’est encore accrue et les choix sont cornéliens pour nombre d’entre eux. Et je veux bien les comprendre…
    Mais que la vie est dure !
    Ne perdons quand même pas de vue que le projet de loi de réforme de la PAC est au bout de nos souris et de nos bulletins de vote !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :