Skip to content

Le chiffre du jour: l’impact carbone de nos courses

21 avril 2010

Une étude réalisée fin mars 2010 par Système U – GREENEXT et Information Resources, Inc. (IRI)* a montré récemment que l’impact carbone des courses alimentaires dans le réseau Hyper/Super est de 1,5 tonne équivalent CO2 par an et par foyer français soit environ 10000 km parcourus en voiture.

Cette étude permet aussi de voir quelles sont les économies de CO2 qui pourraient être obtenues entre des « choix mini et maxi carbone » du consommateur :

  • A l’année, un foyer achète 990 kg de produits alimentaires qui représentent 1480 kg équivalent CO2.
  • A la semaine, c’est donc 19 kg de courses alimentaires pour 28 kg équivalent CO2.
  • On constate un écart pouvant aller jusqu’à 24% entre l’impact carbone d’une liste de courses « mini carbone » et son équivalent « maxi carbone », pour des produits d’usage similaire.
  • A titre de comparaison, 1 480 kg équivalent CO2 représentent 10 571 km parcourus en voiture (moyenne des émissions de CO2 au km des voitures vendues en 2008 en France – source ADEME).

Pour réduire l’impact carbone de votre consommation, soyez avant tout vigilants au transport des produits que vous achetez:  comme l’explique l’étude, « le transport d’un produit peut représenter jusqu’à 85 % de son impact carbone total. C’est le cas, par exemple des poires consommées en France hors saison et produites dans l’hémisphère sud. A l’inverse, si nous décidons de consommer ce fruit en saison et produit en France, l’impact de son transport peut être considérablement réduit (à 10% de l’impact carbone total dans le cas de la poire). S’informer sur la provenance des produits, privilégier les produits locaux de saison permet de réduire l’impact de notre consommation en réduisant le poste transport ».

Faites aussi attention à l’emballage du produit qui peut lui aussi avoir un impact plus ou moins important sur l’environnement: « éviter le suremballage permet de réduire mécaniquement cet impact. De même, certains produits peuvent être réapprovisionnés grâce à des recharges adéquates. Enfin, tout en tenant compte de sa consommation personnelle et des dates de péremption, privilégier les grands conditionnements est un moyen de générer moins de déchets et donc de limiter l’impact des emballages sur l’environnement ».

La production des ingrédients peut constituer jusqu’à 80% de l’impact carbone d’un produit sur la totalité  de son cycle de vie: « c’est par exemple le cas de certaines cultures de riz. Le choix d’ingrédients plutôt que d’autres, quand c’est possible, peut permettre de réduire significativement l’impact de sa consommation. Par exemple, des céréales pour le petit déjeuner à base de blé ont un impact carbone trois fois moins élevé que des céréales à base de riz ».

*Système U est la 4ème enseigne de distribution alimentaire en France, IRI un des leaders mondiaux des études et données au point de vente et GREENEXT une start-up française fournisseur de données sur l’impact environnemental des produits de grande consommation

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :