Skip to content

Etiquetage carbone et rapports officiels pour une alimentation durable

6 janvier 2010

En octobre dernier, la Suède décidait, à l’image de la France, le Royaume Uni et le Japon, de rendre obligatoire l’étiquetage carbone des aliments dans les supermarchés et épiceries. Elle incite aussi les restaurants à le faire. Comme l’explique le site MesCoursesPourLaPlanète (j’ai souligné en gras les passages importants):

Max, la première chaîne de hamburgers du pays, dont 75% de l’impact climatique provient de la viande et qui s’est par ailleurs fortement engagée sur le sujet, affiche-t-elle désormais le poids carbone de tous ses produits à la carte, ce qui a fait croître de 20% les ventes des produits à faible impact sur le climat. Selon le responsable de la Swedish National Food Administration, le pays a été le premier, en mai dernier, à publier des lignes directrices nationales pour une alimentation qui respecte autant la santé que le climat: parmi les conclusions, le rapport recommande aux Suédois de manger plus de carottes que de concombres ou de tomates (ces derniers devant être cultivés sous serre chauffée en Suède), de manger moins de poisson (en dépit des bénéfices pour la santé, puisque de nombreuses espèces sont menacées), et de remplacer la viande rouge par du poulet ou des alternatives végétariennes (légumineuses par exemple).  Pas étonnant que le rapport ait été attaqué aussi bien par l’industrie locale de la viande que par les proches éleveurs de saumon norvégien… Il reste que d’après le New-York Times, la Suède pourrait diminuer ses émissions de gaz à effet de serre liées à l’alimentation de 20 à 50% en appliquant ces règles : pas si mal dans un contexte où 25% des émissions des habitants de nos pays industrialisées seraient liées à l’alimentation (ce qui en fait la première source d’impact sur le climat dans la vie d’un individu, devant l’habitat et le transport). Evidemment, le problème est que sur un produit donné, comme la carotte, les émissions peuvent varier de 1 à 10 selon son origine géographique et la façon dont il a été cultivé. Mais le mouvement est en marche, malgré les difficultés : ainsi, le label bio scandinave, KRAV, a annoncé qu’il demandera l’an prochain aux agriculteurs d’utiliser des techniques peu émettrices de CO2 pour obtenir le label. Ce qui veut dire, par exemple, que la plupart des tomates cultivées sous serre ne pourront plus porter le label bio, sauf si le producteur utilise des agrocarburants issus de déchets agricoles pour chauffer les serres, et que les exploitations laitières devront nourrir leur bétail avec 70% d’alimentation produite locale (plutôt que d’importer des tourteaux de soja de pays comme le Brésil où la culture du soja a des impacts désastreux sur la forêt amazonienne et le climat)…

Aujourd’hui, nous apprend une fois encore MesCoursesPourLaPlanète, c’est au tour de l’Angleterre de publier des principes très officiels pour une politique alimentaire durable:

Un rapport de recommandations au gouvernement a en effet été publié début décembre par la Commission Nationale du Développement Durable,  avec pour objectif de modifier assez radicalement les comportements alimentaires dans un sens qui soit à la fois bon pour la santé et pour l’environnement. Les trois premières recommandations identifiées par les auteurs,  dans un contexte où l’alimentation représente environ 18% des émissions de gaz à effet de serre en Angleterre,  sont de  réduire la consommation de viande et de produits laitiers (ce qui aurait un impact important sur le climat mais aurait aussi pour effet, selon le rapport, de réduire le nombre de maladies cardiovasculaires et de certains cancers),  de réduire la consommation d’aliments et boissons industriels à valeur nutritionnelle faible (notamment ceux qui sont trop gras et sucrés – y compris les boissons énergisantes),  et enfin de réduire les déchets alimentaires (ce qui revient aussi à réduire la taille des portions et le nombre de calories consommées, en luttant ainsi contre l’obésité, et à réduire la pollution liée au transport des denrées alimentaires). Parmi les autres recommandations du rapport,  on note l’augmentation de la consommation de fruits et légumes de saison (et non-cultivés sous serre),  la consommation de poissons non menacés la préférence à des produits respectueux de la planète (produits bio notamment),  le remplacement de l’eau en bouteille par l’eau du robinetla préférence aux achats de proximité effectués à pied la vigilance sur les huiles de palme et de soja utilisées comme ingrédients,  etc., Immédiatement critiqué par l’industrie agro-alimentaire anglaise (tout comme en France, la filière bovine commence à s’inquiéter d’être montrée du doigt sur le climat), le rapport ne se voile pas la face quant aux effets économiques potentiels de ce changement de régime: l’agro-alimentaire est en effet le premier secteur industriel du pays,  avec 7% du PNB et 3, 7 millions de salariés. Mais la transition vers une alimentation durable n’en est pas moins nécessaire,  selon les auteurs. Car l’enjeu est autant de protéger le climat (voir à ce sujet l’avis de l’économiste du changement climatique Nicholas Stern dans The Guardian) que de sauver des vies (70 000 morts prématurées pourraient être évitées chaque année, selon le rapport).

A quand un rapport officiel pour une alimentation durable en France donc? Si l’ADEME donne des indications, il me semble que nous n’avons rien de semblable de ce côté de la Manche, non?

++ A noter: 2 articles du Guardian au sujet de l’alimentation en Grande Bretagne… qui montrent que les anglais ont un train d’avance sur nous actuellement…

même si le Defra Report (le rapport Food 2030 du secrétaire d’Etat Benn semble moins fiable que les initiatives locales telles Landshare et Transition Town en Angleterre).

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :