Skip to content

L’eau virtuelle contenue dans nos aliments

20 août 2009
tags: ,

La notion d’eau virtuelle a été inventée il y a 20 ans par Tony Allan: “chaque année, nous buvons 1 m3 d’eau [ou une tonne] par personne et utilisons 100 m3 pour les travaux domestiques divers. Mais nous consommons près de 1 000 m3 supplémentaires pendant cette même année au détour de la nourriture que nous mangeons” rappelle-t-il. En moyenne, l’empreinte virtuelle s’élève donc à 1 243 m3 par habitant dans le monde. Elle varie néanmoins du simple au triple selon les pays.

.https://locavorespirit.wordpress.com/wp-admin/post.php?action=edit&post=217&message=6

Source : A.Y. Hoekstra et P.Q. Hung. Virtual water trade – A quantification of virtual water flows between nations in relation to international crop trade.

Selon le Conseil mondial de l’eau,

l’eau virtuelle est le volume d’eau utilisé dans le processus de production de nos aliments et de produits divers. Par exemple, pour produire un kilo de blé, il faut environ 1 000 litres d’eau. En d’autres termes, la quantité d’eau virtuelle de ce kilo de blé est de 1 000 litres. Pour un kilo de viande, il en faut en moyenne de 5 fois à 10 fois plus« .

Voilà plus en détail la quantité d’eau (en litres) nécessaire à la production de quelques biens de consommation :

Bouteille de bière (250 ml) = 75 Litres

Verre de lait (200 ml) = 200 Litres

Baguette de pain = 40 Litres

Un Hamburger (150 g) = 2.400 Litres

1 Kg de viande de boeuf = 15.000 Litres

1 Kg de viande de mouton = 10.000 Litres

1 Kg de volailles = 6.000 Litres

1 Kg de céréales = 1.500 Litres

1 Kg d’huile de palme = 2.000 Litres

1 Kg d’agrumes = 1.000 Litres

Source : Article ‘les couleurs de l’eau, l’eau virtuelle et les conflits hydriques

Le Conseil mondial de l’eau indique également:

« La consommation par personne de l’eau virtuelle contenue dans notre alimentation varie selon le type de régime alimentaire. Ainsi, un régime de survie nécessite 1m3 d’eau par jour, contre 2,6m3/jour pour un régime végétarien et plus de 5m3 pour un régime carné de type américain.

Par conséquent, contrôler nos régimes alimentaires, en particulier dans les pays développés, contribuerait à utiliser les ressources disponibles de façon plus judicieuse.

Avec le commerce des cultures vivrières ou de toute autre marchandise, il existe un flux virtuel de l’eau entre les pays producteurs et exportateurs et les pays qui consomment et importent ces marchandises. Un pays confronté à des pénuries d’eau aura tendance à importer des marchandises dont la production nécessite beaucoup d’eau plutôt que de produire ces marchandises à l’intérieur de ses frontières. L’opération se traduit par de réelles économies d’eau, elle permet au pays non seulement d’alléger la pression sur ses ressources en eau, mais également d’épargner ses ressources disponibles en vue de les utiliser à d’autres fins.

A l’échelle mondiale, le commerce de l’eau virtuelle a des implications géopolitiques : il provoque des dépendances entres les pays. Le commerce de l’eau virtuelle peut être considéré, par conséquent, soit comme un stimulant en faveur de la coopération et de la paix, soit comme une justification  d’un éventuel conflit.”


Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :